terça-feira, 9 de novembro de 2010

Le Camerade

por Robert Brasillach




Nous l'avons vu qui franchissait la porte,
Nous l'avons vu qui détournait le front,
Nous l'avons vu, dans la nuit juste morte,
Qui s'en allait à travers la prison.



Nous l'avons vu, comme déjà tant d'autres
Hors de ces murs et vers les jugements,
Qu'ils soient ou non comptés parmi les nôtres
S'en sont allés, si fraternellement.



Nous l'avons vu vers les édits des hommes
Par ce matin d'automne pourrissant,
Nous l'avons vu, pareil à qui nous sommes,
Marcher tranquille et même un peu riant.



Nous l'avons vu dans cette aube suintante.
Nous l'avons vu parmi les au-revoir,
Et nous avons commencé notre attente
Le verrons-nous lorsque viendra le soir ?


Nenhum comentário:

Postar um comentário

Observação: somente um membro deste blog pode postar um comentário.